TARN 2016

Le Grand-duc d’Europe dans le Tarn en 2016

Au sommaire :

- Les chiffres de la saison

- La zone d’étude, les sites et leurs caractéristiques

- La reproduction 2016

- Les chantiers réalisés et ceux en cours

- Les manifestations

- Le régime alimentaire



Les chiffres de 2016 :

  • 56
    sites suivis, tous visités et contrôlés sans exception au minimum 3 fois chacun. Trois nouveaux sites sur des falaises de terre intégrés. un sur les bords du Thoré, les deux autres sur l’Agout.
  • 59 journées de terrain (n=59×8 heures) consacrées au suivi :
  • 2,5 journées soit 20 heures consacrées à la prospection
  • 8,5 journées soit 68 heures à vider les aires pour l’étude du régime alimentaire.
  • 460 visites de sites.

     

La zone étudiée :

La zone d’étude reste inchangée. Elle se situe sur la moitié sud du département sur un parallélogramme d’environ 2000kms² soit 35% de la surface du département du Tarn. Nous continuons de combler les « trous » autour des sites connus. Le nombre de sites potentiels reste dans une fourchette de 140 à 150 pour le département et le nombre de couples à une bonne centaine. La densité est estimée entre 2 et 3 couples aux 100kms²

 


 

Les sites et leurs caractéristiques :

Les principales caractéristiques des sites du Tarn sont les suivantes :

Ils sont tous à proximité d’un point d’eau (rivière, ruisseau, étang, lac) Leur altitude moyenne est d’environ 300 mètres. Dans certains secteurs, la distance entre chaque site est de moins d’un kilomètre, exemple : Près de Mazamet, 4 sites sont occupés chaque année sur un linéaire de 3 kms. En Montagne Noire, on trouve un site environ tous les 2,5 kms. La densité est mal connue en plaine du Tarn mais les découvertes de 2013 à 2016 nous indiquent des distances entre sites proches de celle de la montagne noire.

 


 

En carrière 

23,2% 

Falaises 

53,6%

Bois & collines 

23,2% 

 

 

En moyenne, sur la zone étudiée, la proximité du site le plus proche est dans une fourchette de 2,5 à 2,8 kms (sur le tableau ci-dessous) Certaines distances sont plus importantes (Exemple TA21 ou TA26) mais il s’agit de secteurs où la prospection reste à effectuer.

 

CARACTERISTIQUES DES SITES 

  

  

  

  

  

  

  

  

Sites 

Nicheur 

Aire(s) trouvée(s) 

Type de site 

Altitude (moyenne)

Cours d’eau 

Orientation 

Distance (km) sites + proches 

TA01 

certain 

oui 

Fal. terre & roche calcaire 

171 

L’Agout 

Sud/Sud-est 

0,7 

TA02 

certain 

oui 

Bois collinéen & calcaires éparses 

202 

L’Agout 

Est 

4,5 

TA03 

certain 

oui 

Ancienne Carrière schiste

349 

Le Laudot 

Sud 

1,1 

TA04 

certain 

oui 

Ancienne Carrière schiste 

352 

Le Sor 

Est 

2,5 

TA05 

certain 

oui 

Falaise terre & roche 

190 

Agout 

Sud-est 

3,1 

TA06 

certain 

oui 

Roche siliceuse 

326 

L’arn 

Sud-est 

0,3 

TA07 

certain 

oui 

Roche siliceuse 

380 

Ruisseau d’Orival

Vallon S-O/N-E 

1,4 

TA08 

certain 

oui 

Carrière calcaire 

459 

Ruisseau des Avaris 

Ouest 

1,9 

TA09 

non  

non 

Roche siliceuse 

285 

L’Agout 

Sud 

4,7 

TA10 

certain 

oui 

Falaise calcaire 

281 

Le Thoré 

Est 

4,6 

TA11 

certain 

oui 

Falaise schiste 

341 

L’Agout 

Sud 

3,2 

TA12 

certain 

non 

Blocs schiste dans forêt 

285 

Dadou 

Est 

0,4 

TA13 

certain 

oui 

Roche calcaire 

213 

Thoré 

Sud-ouest 

1,5 

TA14 

certain 

oui 

Ancienne Carrière silice 

388 

Ruisseau la Gineste 

Sud 

1,2 

TA15 

probable 

non 

Blocs de schistes dans forêt 

272 

Dadou

Sud 

0,5 

TA16 

certain 

oui 

Ancienne Carrière 

360 

Le Sant 

Ouest 

1,9 

TA17 

certain 

oui 

Falaise calcaire 

380 

Le Taurou 

Est 

0,9 

TA18 

certain 

non 

Blocs calcaires dans forêt 

320 

Rigole de la plaine 

Sud-est 

1,9 

TA19 

certain 

oui 

Carrière calcaire 

369 

Mouscaillou

Ouest 

5,8 

TA20 

certain 

oui 

Carrière calcaire 

503 

Le Taurou 

Ouest 

0,9 

TA21 

probable 

non 

Collines Boisées 

282 

Ruisseau Léou 

? 

10,1 

TA22 

certain 

oui 

Roche siliceuse 

300 

L’arn 

Sud-est 

0,3 

TA23 

probable 

non 

Blocs de schiste dans forêt 

531 

Poutou 

Ouest 

2,9

TA24 

certain 

oui 

Roche calcaire 

229 

Le Thoré 

Sud 

1,4 

TA25 

certain 

oui 

Carrière calcaire 

312 

Le Dadou 

Sud 

4,1 

TA26 

certain 

non 

Rochers calcaire dans les bois 

374 

Le Thoré 

Sud 

7,9 

TA27 

certain 

oui 

Roche calcaire 

245 

Le Thoré 

Sud 

1,4 

TA28 

certain 

oui 

Falaises calcaire

240 

Le Dadou 

Sud/Sud-est 

4,6 

TA29 

certain 

oui 

Schiste 

301 

L’Agout 

Sud 

3,2 

TA30 

certain 

oui 

Grès quartzitique 

390 

Le Dadou 

Sud 

2,3 

TA31 

certain 

oui 

Grès quartzitique 

365 

Le Dadou 

Est 

1,6 

TA32 

certain 

oui 

Grès quartzitique 

394 

Le Dadou 

Sud

3,8 

TA33 

certain 

oui 

Grès quartzitique 

389 

Le Dadou 

Sud 

1,7 

TA34 

certain 

oui 

Forêt 

273 

Ruisseau de la Devèze 

? 

3,5 

TA35 

certain 

oui 

Roche siliceuse 

333 

L’Arn 

Sud 

1,3 

TA36 

certain 

oui 

Roche siliceuse 

446 

L’Arn 

Sud/Sud-est 

2,6 

TA37 

certain 

oui 

Lande boisée chênes & genévriers

255 

Ruisseau de Ganoubre 

ouest 

3,9 

TA38 

certain 

oui 

Roche siliceuse 

368 

L’Arnelle 

Sud 

4,3 

TA39 

certain 

oui 

Colline boisée 

214 

Le Dadou 

Nord 

4,7 

TA40 

certain 

oui 

Petite falaise de terre 

152 

L’Agout 

Nord 

2,0 

TA41 

certain 

oui 

Petits rochers dans bois

274 

Ruisseau de Gauma 

Sud 

4,1 

TA42 

certain 

oui 

Schiste 

340 

Le Dadou 

Sud 

0,4 

TA43 

certain 

oui 

Petits rochers calcaires dans bois clair 

225 

Ruisseau ? 

Sud 

6,5 

TA44 

certain 

oui 

Falaise de terre boisée 

152 

Le Tarn 

Sud 

7,2 

TA45 

certain

non 

Roche siliceuse 

332 

Durencuse 

Sud 

5,7 

TA46 

certain 

oui 

Schiste 

338 

Ruisseau de Moynes 

Sud 

3,8 

TA47 

certain 

oui 

Calcaire 

356 

Ruisseau 

Sud 

3,6 

TA48 

probable 

non 

Calcaire 

288 

Ruisseau 

Sud 

2,3 

TA49 

certain 

non 

Lande boisée chênes & genévriers 

233 

Ruisseau

Sud 

4,1 

TA50 

certain 

oui 

Falaise terre & roche 

205 

L’Agout 

Sud 

0,7 

TA51 

certain 

non 

Colline boisée 

260 

Ruisseau La Merdalou 

- 

3,5 

TA52 

certain 

oui 

Ancienne carrière 

330 

Le Sor 

Sud 

1,4 

TA53 

certain 

oui 

Grès quartzitique 

420 

Le Gijou 

Sud 

  

TA54 

certain

oui 

Falaise terre & calcaire 

180 

Le Thoré 

Ouest 

1,5 

TA55 

certain 

non 

Falaise terre & calcaire 

170 

L’Agout 

Sud 

7,2 

TA56 

certain 

oui 

Falaise terre & calcaire 

166 

L’Agout 

Sud-est 

0,7 

 

 


 


 


 


 

La bonne connaissance des sites est primordiale pour pouvoir effectuer le suivi. Il est fondamental de rechercher les aires, les gîtes ainsi que les lardoirs.

     Sur 13 sites en carrières exploitées ou non, nous en avons 12 avec au moins une aire connue soit 92%

    Sur 30 sites en falaises rocheuses ou de terre 24
avec au moins une aire connue soit 80%

    Sur 13 sites dits atypiques, bois, landes, collines 8 avec au moins une aire connue soit 62%

Au total sur 78% des sites nous avons connaissance d’au moins une aire. Ce pourcentage reste à améliorer.

 


 

Orientation des nids :

Indéniablement quand il a le choix, Bubo préfère le sud. 52,2%
des aires
sont orientées dans cette direction. Viennent ensuite le sud est 15,9%
l’ouest 13,6%
l’est
11,4%.

Petite anecdote : Dans une carrière en exploitation, à l’intérieur d’une faille, deux aires sont connues, l’une est orienté sud ouest et l’autre nord est. Elles sont face à face, distantes d’une cinquantaine de mètres. Le Grand-duc les a occupées chaque année en alternance depuis 16 ans.

 


 


 

Occupation des sites et reproduction :

Le travail d’écoutes à l’automne et au début de l’hiver, nous a permis d’atteindre un taux d’occupation des sites de 89,3%. Bien qu’en deçà des 92% de l’année 2015 ce chiffre reste remarquable. Sur les 5 sites non occupés, 2 ne le sont plus depuis 2011, 1 depuis 2013
et 2 depuis 2015.


 

Définitions, petit rappel :

-Un couple reproducteur est un couple qui a montré au moins une fois une tentative de reproduction quel qu’en soit le résultat.

-Un couple producteur est un couple qui a donné naissance à au moins un jeune.

 

Ci-dessous le tableau des 4 dernières saisons.

 

ANNEE

2016

2015 

2014 

2013 

 

SITES CONNUS

56 

53 

50 

43 

 

SITES OCCUPES

50 

49 

43 

36 

 

SITES OCCUPES PAR UN COUPLE

41 

44 

32 

33 

 

SITES OCCUPES PAR UN SEUL INDIVIDU

9

5

11 

3 

 

SITES NON OCCUPES

6

4 

6 

6 

 

SITES NON CONTRÔLES

0 

0 

1 

1 

 

% SITES OCCUPES/SITES CONNUS

89%

92% 

86% 

84% 

PAR AU MOINS UN INDIVIDU

COUPLES PRODUCTEURS

22

25 

18 

20 

COUPLES QUI ONT PRODUIT AU MOINS UN JEUNE

JEUNES NES

36

55 

30 

48 

 

% COUPLES SUR SITES CONNUS

73%

83% 

64%

77% 

 

% COUPLES PRODUCTEURS/COUPLES PRESENTS

54%

57% 

56% 

61% 

 

PRODUCTIVITE

0,83

1,14 

0,78 

1,52 

Productivité :

Nombre de jeunes volants/ Nombre de couples contrôlés

SUCCES REPRODUCTEUR

1,55

1,92 

1,39 

2,35 

Succès reproducteur :

Nombre de jeunes volants/ Nombre de couples producteurs

 

 


 

 

 

Année 

Nombre de couple reproducteurs 

Nombre de couple producteurs 

Nombre de jeunes produits 

Nombre de jeunes à l’envol 

Jeunes produits/Nombre de couples producteurs

2013 

24 

20 

48 

47 

2,41 

2014 

21 

18 

30 

25 

1,67 

2015

34 

26

55

50

2,12

2016

30 

22 

36 

34 

1,63 

 

 

 

Jeunes nés en 2013

Jeunes nés en 2014

Jeunes nés en 2015

Jeunes nés en 2016

4
couples ont donnés

seulement 1 jeune

8
couples ont donnés

seulement 1
jeune

8
couples ont donnés

seulement 1 jeune

10
couples ont donnés

seulement 1 jeune

9 couples ont produits

2 jeunes

8
couples ont produits


2 jeunes

10 couples ont produits

2 jeunes

10 couples ont produits

2 jeunes

6 couples seulement ont

produits 3
jeunes

2 couples seulement

ont produits 3
jeunes

5 couples seulement ont

produits 3 jeunes

2 couples seulement ont

produits 3 jeunes

2
couples ont produits 4
jeunes

 

3
couples ont produits

4 jeunes

 

 

En 2016 : La reproduction a été assez moyenne, pratiquement du même cru que celle de 2014. La météo a été très clémente en décembre 2015 et janvier 2016 des températures très douces et pas ou peu de précipitations. En revanche de fortes pluies sont tombées en février, mois durant lequel la plupart des femelles couvaient. C’est la première fois en 16 années que je n’ai trouvé aucune femelle couveuse en janvier.

Le taux d’occupation des sites a été très bon et montre que la population continue de bien se porter dans le département. Il faut noter toutefois une forte mortalité chez les jeunes.

3 jeunes volants âgés de 9/10 semaines retrouvés morts au pied de la falaise, sur le secteur de Caucalières. Pas de traces de plombs ni d’os fracturés. Daniel Beautheac pense que les oiseaux ont peut être été nourris avec une ou des proies empoisonnées.

1 jeune âgé de 3 semaines mort au nid et cannibalisé en plaine du Tarn.

1 jeune à l’envol unique reproduction de l’année a été retrouvé mort en crête de falaise sur la commune de Mont-Roc. Le motif reste inconnu. Les restes trouvés laissent penser qu’il a servi de repas à un renard ou autre prédateur.

1
jeune également volant mort à Lacrouzette, pas de motif apparent.

1
jeune non volant disparu sur les bords de l’Agout.

Au total 22% (8 oiseaux sur 36 jeunes nés) de décès constatés. Le pourcentage est considérable !

Parmi les bonnes nouvelles, quelques sites désertés (3)
depuis plusieurs années ont été à nouveau occupés. Un de ces sites a donné 3 jeunes à l’envol.

 


 

Chantier en cours :

Courant juillet 2015, j’ai été contacté par Christian Aussaguel qui m’a signalé un jeune Grand-duc électrocuté vers le 10 juillet sur un pylône de la ligne électrique desservant la carrière de Dourgne. J’ai pris contact avec un employé de la société exploitant le site et me suis rendu sur place le 28 juillet.

J’ai évoqué la présence de l’espèce depuis de nombreuses années sur ce secteur avec les dirigeants de la carrière qui ont semblés préoccupés. Ils ont pris mes coordonnées pour m’avertir au cas où un autre incident de ce genre se produirait. Le même jour, j’ai appris au passage qu’un autre pylône situé cette fois sur la carrière elle même avait tué deux jeunes (sur les trois nés) en 2013. J’ai photographié les poteaux dangereux et envoyé les clichés ci-dessous à Amaury Calvet de la LPO Tarn.

http://www.hibou-grand-duc.fr/mortalite/oiseaux-morts-2/1152

 


Plusieurs contacts ont eu lieu entre l’association et l’intervenant Monsieur Gayraud d’ERDF pour étudier le problème et installer des protections.

Le 28 janvier 2016, j’ai rencontré Monsieur Olivier Carceller directeur général de la CMN (Carrière de Dourgne) puis à nouveau le 23 février en présence cette fois de Monsieur Gayraud (ERDF) Les interventions de Christophe Maurel de la LPO Tarn auprès d’ERDF ont permis de faire avancer ce dossier. Mais un élément important restait à résoudre : L’équipement du poteau le plus dangereux, qui ne dépend pas de l’électricien car implanté sur la carrière elle-même.

Une nouvelle réunion le 14 octobre en présence de Monsieur Olivier Carceller et de Christophe Maurel me permet d’être optimisme !

ERDF pourrait fournir gratuitement l’équipement de protection de ce pylône et les dirigeants de la CMN acceptent d’en financer les travaux. Il ne reste plus à ERDF qu’à matérialiser la protection des poteaux qui sont hors de l’enceinte de la carrière.

Croisons les doigts pour que tout cela se réalise en 2017.


 

Chantier réalisé :

Fin 2012, la société SECAM qui exploite la carrière de Saint Amancet a obtenu l’autorisation d’étendre son exploitation. La partie concernée va d’abord être déboisée puis les couches de terre retirées afin de pouvoir procéder à l’extraction du calcaire à l’aide d’explosifs et d’engins divers. Le 1 février 2013, nous rencontrons Amaury Calvet et moi les dirigeants de la société et leur exposons le danger de détruire ou de faire fuir le Grand-duc d’Europe espèce protégée et sédentaire sur ce site depuis plusieurs décennies.

La rencontre est cordiale et après la visite du site, j’informe mes interlocuteurs que BUBO ne devrait pas être perturbé car le secteur où il niche année après année sera préservé pour quelques années encore. Je demande malgré tout à être consulté si le secteur épargné doit être exploité.


 

La SECAM et la LPO Tarn conviennent après l’entretien et plusieurs échanges de créer un partenariat et décident d’écrire une convention pour la gestion environnementale de la carrière.

Les mois passent et les deux parties trouvent les accords nécessaires pour mettre en place les statuts et les moyens de coopérer.

Dans le cadre de cette convention, il est prévu :

  • Les suivis et expertises naturalistes
  • L’assistance en génie écologique
  • L’accompagnement de l’exploitation
  • Des actions pédagogiques

Le 14 octobre 2016 la convention est signée entre les deux organismes pour une durée de cinq années.

En tant que spécialiste du suivi du Grand-duc d’Europe je signe également ces documents, charge à moi de faire le suivi et d’apporter les conseils pour protéger et conserver la tranquillité de l’espèce sur ce site.

 


 

Manifestations diverses :

Le 3 juin 2016 à 20h30 entre 30 et 40 personnes ont répondues à l’invitation du club Saint Amancet Rando Nature à la salle du foyer du village.


Les thèmes évoqués durant cette soirée : Rapaces et oiseaux de Saint Amancet. Pendant près d’une heure Christian Aussaguel nous a régalé avec un diaporama sur les oiseaux vivants aux alentours de la commune ; Du tichodrome échelette au busard cendré en passant par, l’autour des palombes, le circaète Jean le Blanc et tous les passereaux vivants aux alentours du village. Richard et moi sommes intervenus ensuite pour présenter le Grand-duc d’Europe hôte permanent de la carrière des 3 fontaines.

Cette agréable soirée orchestrée par Christian Segonne, s’est terminée par un pot très convivial. Nul doute que nous recommencerons cette expérience avec beaucoup de plaisir !!!

 

Et aussi…

Originaire de L’Ariège, Richard a participé au « Festival Photos dessins nature des Pyrénées » Il a présenté le 29 octobre durant plus de deux heures un diaporama montrant notre travail sur le Grand-duc d’Europe dans le Tarn. La seconde partie de cette présentation était consacrée à la faune des Pyrénées dans le secteur de Massat
09.

Un auditoire nombreux et intéressé à pu lui poser des questions sur l’ensemble de son œuvre.

 


 

Le régime alimentaire :

Avec
18 sites vidés
2006
nouvelles proies viennent se rajouter cette année. Le total récolté sur le Tarn en 7 saisons représente désormais 16812 proies. Les chiffres sont inférieurs aux années précédentes car la reproduction a été nettement moins bonne.

Sur 56 sites connus, nous en avons vidés 40 au moins une fois et sur tous les types de terrain. La tendance reste la même, toujours le lapin de garenne 25,50% et le rat surmulot 28,15% du total des proies chez les mammifères. Le pigeon domestique 3,81% et les corvidés (Geai des chênes, pie bavarde, corneille noire, grand corbeau, choucas des tours) 5,43%

Nous cumulons désormais pour ce département
170
espèces différentes. Parmi les nouveautés :

1 faucon émerillon, 1 alouette calandrelle, 1 bébé genette, une seconde donnée de petit-duc scops et 1 bécassine double !!!

Vous pouvez en savoir plus sur le régime alimentaire consultant le lien suivant :
http://www.hibou-grand-duc.fr/regime-alimentaire/regime-alimentaire-dans-le-tarn-et-l%E2%80%99ariege/1777

 


 

 

 

 

 

 

 


 

Laissez une Réponse