DES CHIROPTERES DANS LE REGIME ALIMENTAIRE DU GRAND-DUC D’EUROPE

 

Introduction :

L’étude du régime alimentaire du Grand-duc d’Europe réalisée à partir de l’analyse des pelotes et des restes de proies apporte un verdict sans faille sur les préférences et les variations des proies consommées par le « Prince de la nuit »

Celle que nous réalisons Richard PENA, Daniel BEAUTHEAC et moi-même sur les départements de l’Ariège et du Tarn ne diffère en rien des études effectuées auparavant dans d’autres départements ou régions françaises, à savoir que notre oiseau privilégie, notamment en période de nourrissage des jeunes, des proies nutritives attrapées essentiellement parmi les mammifères et les oiseaux http://www.hibou-grand-duc.fr/regime-alimentaire/regime-alimentaire-dans-le-tarn-et-l%E2%80%99ariege/1777

Parmi les principales proies consommées nous retrouvons bien sûr le lapin de garenne, le rat surmulot et le hérisson. A elles seules ces trois espèces représentent plus de 60% du régime alimentaire en nombre et plus de 85% en biomasse. Viennent ensuite les oiseaux. Les corvidés, les colombidés et les rapaces nocturnes apportent un nombre important de proies capturées.

Quelques amuse-gueules complètent le menu, les amphibiens (Un couple du Tarn a consommé 129 grenouilles vertes sur 3 saisons de reproduction entre 2012 et 2014) Quelques reptiles (Lézard vert) et des insectes (Divers scarabées et pas mal de lucanes) J’ ajouterai pour les
mammifères quelques rares données de chiroptères.

 


Aire avant vidage !

 

La méthode et quelques données :

Les récoltes de matériel ont été effectuées de 2010 à 2015, chaque été de mi-juillet à fin septembre, période durant laquelle les jeunes Grands-ducs n’occupent plus les nids et commencent à être autonomes. En tout 49 sites différents ont été vidés au moins une fois. Sur ces 6 saisons, nous avons prélevé un total de 19083 proies. Les chiffres du tableau ci-dessous parlent d’eux mêmes :

 

Classe

% en nombre sur total des proies

Mammifères

74,5

Oiseaux

23,5

Batraciens

0,9

insectes

1,0

 

 


Deux belles récoltes !

 

NB : Chaque photo représente la récolte d’un site aire et alentours)

 

Les chiroptères :

Il faut noter parmi les proies consommées une petite quantité de chiroptères (0,05%du total des proies) Dans les études réalisées en France sur le régime alimentaire du Grand-duc d’Europe depuis une quarantaine d’années, très peu de chauves-souris ont été trouvées quelques soient les études et les régions (voir Biblio)

Pour un total de 9 Chiroptères répertoriés, la prédation a été réalisée sur 5 sites différents (4 pour le Tarn et 1 pour l’Ariège) En montagne noire pour le Tarn altitude moyenne 380m dans des carrières de schiste ou de calcaire (En activité ou pas) Dans le piémont pyrénéen sur le massif calcaire du Plantaurel à 580m d’altitude pour le site en Ariège. Sur tous ces sites on retrouve un environnement boisé, mélange de résineux et de feuillus et la roche est truffée de petites grottes ou de cavités.

 

Le tableau ci-dessous indique les espèces ainsi que les lieux de prélèvements.

Année

Sites vidés

Espèces consommées

Nbre

Lieu

Département

Altitude

2010

16

Sérotine commune

1

Lavelanet

Ariège

580m

2012

17

Noctule commune

1

Les Cammazes

Tarn

350m

2013

13

Noctule commune

2

Dourgne

Tarn

380m

2013

Chiroptère sp

1

Dourgne

Tarn

380m

2015

27

Chiroptère sp

1

Sorèze

Tarn

380m

2015

Grand murin

1

Sorèze

Tarn

380m

2015

Sérotine commune

1

Payrin

Tarn

245m

2015

Molosse de Cestoni

1

Lavelanet

Ariège

580m

 

 

Pour information : Aucun chiroptère n’a été détecté dans le matériel sur les sites vidés en 2011 (16) et 2014 (18)

 

Conclusion :

On ne peut pas considérer la chauve-souris comme un met essentiel au régime alimentaire de notre oiseau. La taille et leur valeur calorique ne suffisant pas à nourrir plusieurs jeunes. J’ajouterai que sur chaque site où il y a eu prédation de chiroptères, l’ensemble des proies consommées est riche en espèces nutritives (Lapins de garenne, hérissons, rats surmulots etc ..) cependant le Grand-duc profite sans doute de l’opportunité qui s’offre à lui d’attraper facilement ces proies.

Pour les années qui viennent, à commencer par 2016, la récolte et l’étude vont continuer avec l’espoir de trouver d’autres sites et d’autres couples amateurs de chiroptères.

 

Remerciements :

A mes deux inséparables compères, Richard PENA pour son aide indispensable à la collecte et Daniel BEAUTHEAC pour l’analyse et l’étude du matériel.

 

Bibliographie :

Jérémie DEMAY, Daniel BAUTHEAC, Cécile PONCHON, Othello BADAN- Relations entre régime alimentaire et disponibilité des proies chez le Grand-duc d’Europe, Bubo bubo, dans le massif des Alpilles depuis 30 ans- Alauda 2015

Patrick BAYLE & Roger SCHAULS- Biologie de quatre couples de grand-duc d’Europe, Bubo bubo, au Luxembourg- Bulletin de la société des naturalistes Luxembourgeois 2011

Cyrille RATHBERGER & Patrick BAYLE- Régime alimentaire du Grand-duc d’Europe, Bubo bubo, en période de reproduction, dans la région de Menton (Alpes maritimes, France)- Alauda 1997

Jean Marc CUGNASSE- Contribution à l’étude du Hibou Grand-duc, Bubo bubo, dans le sud du Massif Central- Nos oiseaux, 37 : 117-128 (1983)

Jean Marc CUGNASSE- Le Hibou Grand-duc dans le département du Tarn, statut et régime alimentaire

Patrick BALLUET & Raymond FAURE- Le Grand-duc d’Europe, Bubo bubo, dans le département de la Loire, éléments de biologie- Nos oiseaux, volume 53/4- Décembre 2006- N° 486

1 Commentaire

JeanB.

février 14th, 2016

Bonjour, compliments pour votre travail sur le GD et sur cet excellent site !! Ayant eu l’interrogation du propriétaire d’un petit étang très proche d’une carrière à GD, qui ne comprenait pas que les toutes grenouilles soient disparues de son étang, je me demande si l’auteur du méfait pourrait être le Prince de la nuit ???

Laissez une Réponse