MORTALITE

Les principales causes provoquant la mort des Grands-ducs et autres grands rapaces en dehors de la vieillesse, des maladies  et des virus sont essentiellement :

-Les lignes électriques et les poteaux ou pylônes non isolés.

-Les fils de fer barbelés entourant les prairies à bétail.

-Les collisions avec les trains et les véhicules automobiles.

-Les armes à feu (Des oiseaux en sont encore victimes)

-l’empoisonnement.

Depuis 2003, j’ai connaissance de 58 individus blessés ou morts. Sur ces victimes, seules 4 Grands-ducs ont été relâchés après avoir été soignés au centre de soins de Castres les 54 autres ont succombé à leurs blessures.

Il est évident que le nombre de victimes est beaucoup plus important que ces quelques chiffres mais il paraît difficile de pouvoir retrouver tous les cadavres.

Pour réduire ce qui parfois devient une hécatombe ( 3 jeunes volants retrouvés à moins de 100 m sous leur nid en 2016. Sans doute victimes d’empoisonnement) Il ne faut pas hésiter à transporter ces oiseaux dans le centre de soins le plus proche (Castres, Millau, L’école vétérinaire de Toulouse)

J’ai sollicité la Ligue de Protection des Oiseaux du  Tarn. ENEDIS est intervenu pour isoler un poteau mortel dans le secteur de Dourgne en août 2017.

Les procédures malgré les partenariats avec EDF et sa filiale ENEDIS sont longues mais elles finissent par aboutir. Un autre piège mortel appartenant aux Carrières de la Montagne Noire sur le même site à été équipé le 3  janvier 2018 aux frais de l’entreprise.

Photo: Gilles TAVERNIER

Oiseaux morts, quelques exemples :

Un individu  retrouvé en état de décomposition sur le site Ariégeois de Lavelanet juste sous l’aire. Pour l’anecdote il s’agissait d’un site ayant produit des jeunes tous les ans depuis 2001. C’est aussi là bas que la femelle fut trouvée morte sur ses œufs en 2004 victime d’un empoisonnement au chloralose. Même cause, même effet en 2010 sur un autre site de l’Ariège proche de Saint-Girons. Depuis fin 2010, ce produit est totalement interdit à la vente et à l’utilisation par décret.

Photo: Thomas BUZZI (2004)

Un Mâle adulte a été retrouvé en février 2009, à 2 kilomètres au nord ouest de Fréjeville dans le Tarn. Il est mort électrocuté sous une ligne de 20 000 volts (contact avec les fils en milieu de portée) près du lac de Carbes dans le Tarn.

Photos : Serge MAFFRE

Parfois un sauvetage :

Il arrive parfois que les soins prodigués permettent à l’oiseau de retrouver ses moyens et sa liberté. Ce qui reste exceptionnel.

Un mâle Grand-duc blessé par des fils barbelés et récupéré le 9 mai  2009, sur la commune de Nalzen (09) à l’ouest de Lavelanet était arrivé au centre de soins de Castres le 14 mai 2009. Parfaitement soigné et ne montrant qu’un problème à son œil  gauche (borgne) il a été relâché le 20 juin 2009 au nord du village où il avait été récupéré dans une  prairie à l’est de Roquefixade. D’abord réticent à sortir de sa boîte,  il a finit par disparaître de notre champ de vision prenant un envol  parfait.

Photo : Marion TEMPLIER TAVERNIER

Le 30 mai 2013, nous avons relâché un autre mâle Grand-duc électrisé en avril 2013 dans le secteur de Briatexte (81) Grâce aux soins prodigués au centre de soins LPO de Castres et au travail de Gilles MARIEMBOURG. http://www.hibou-grand-duc.fr/faits-divers/claquette/2627

Photos : Famille THOMAS (BRIATEXTE) & Richard PENA